Mises à jour sur les recherches de l’Unité des essais cliniques DIAN

Voici les mises à jour les plus récentes concernant les recherches associées à nos essais cliniques :

Mise à jour: 9 juin 2020

Le ganténérumab a amélioré les marqueurs d’une forme rare et héréditaire de la maladie d’Alzheimer

Une analyse plus approfondie des données d’un essai international sur deux médicaments expérimentaux chez des personnes étant aux premiers stades d’une forme rare et héréditaire de la maladie d’Alzheimer a démontré que l’un des médicaments avait un impact positif sur les biomarqueurs de la maladie.

L’étude (Identifiant Clinicaltrials.gov : NCT01760005) est un essai de phase 2/3 mené par l’École de médecine de l’Université de Washington à St. Louis par son Unité d’essais de réseau sur la maladie d’Alzheimer familiale autosomique dominante (Dominantly Inherited Alzheimer Network-Trials Unit, DIAN-TU). L’essai a évalué séparément les effets de deux médicaments – le solanézumab, fabriqué par Eli Lilly and Co., et le ganténérumab, fabriqué par Roche, connu sous le nom de Genentech aux États-Unis – chez des personnes atteintes d’une forme rare, héréditaire et à début précoce de la maladie d’Alzheimer appelée « maladie d’Alzheimer héréditaire dominante » ou « maladie d’Alzheimer autosomique dominante ». De telles personnes ont une baisse de la mémoire et de la capacité à réfléchir qui a débuté vers 50, 40 ou même 30 ans.

Le paramètre principal de l’étude était un ralentissement du déclin cognitif, mesuré par plusieurs tests de la capacité à réfléchir et de la mémoire. Le 10 février, un communiqué de presse émis par l’École de médecine de l’Université de Washington a annoncé qu’une analyse initiale indiquait qu’aucun médicament avait atteint l’objectif principal ni démontré aucun avantage cognitif. Bien que les résultats de l’effet sur les mesures cognitives (mémoire et capacité à réfléchir) étaient négatifs pour les deux médicaments, d’autres analyses des données de l’essai pour le ganténérumab ont démontré une amélioration des biomarqueurs de l’activité et du progrès de la maladie, y compris des mesures de la tauopathie et de la neurodégénérescence. Le ganténérumab a réduit la pathologie des plaques amyloïdes, la protéine tau du liquide céphalorachidien (LC) soluble et le phospho-tau, et a ralenti les augmentations de la chaîne légère du neurofilament (qui semble être un marqueur de la neurodégénérescence) comparativement au placebo.

Le DIAN-TU pense que ces résultats sont d’importants indicateurs que le ganténérumab peut affecter le cours biologique de la maladie, et avoir lancé une période de prolongation ouverte exploratoire de plusieurs années en collaboration avec Roche pour continuer à étudier les effets du ganténérumab dans cette forme rare d’Alzheimer. Ces résultats ont été présentés à la communauté scientifique le 2 avril 2020 lors de la réunion annuelle des Advances in Alzheimer’s et Parkinson’s Therapies. Des résultats supplémentaires seront présentés lors de la conférence internationale de l’Alzheimer’s Association en juillet.

« En continuant l’étude du ganténérumab à l’aide d’une période de prolongation ouverte exploratoire, nous déterminerons si le médicament peut éliminer complètement les plaques amyloïdes du cerveau et, du même fait, déterminer si d’autres pathologies liées à la progression de la maladie (par exemple, la neurodégénérescence) sont considérablement améliorées », a déclaré le chercheur principal Randall J. Bateman, MD, directeur de DIAN-TU et professeur émérite Charles F. et Joanne Knight de neurologie à l’Université de Washington. « Nous ferons également le suivi de la mémoire et de la capacité à réfléchir et de la durée de la maladie pour progresser vers la démence. »

Les objectifs de la période de prolongation ouverte exploratoire sont :

(i)      Permettre aux participants, qui se sont engagés de 4 à 7 ans dans la période de traitement à double insu de l’étude, de continuer ou de commencer à recevoir le ganténérumab, ce qui améliore les marqueurs biologiques critiques de leur maladie progressive;

(ii)     Déterminer si le traitement continu par le ganténérumab à sa dose cible peut entraîner l’élimination complète de l’amyloïde cérébral;

(iii)    Déterminer quelles mesures biologiques en aval non liées à l’amyloïde (p. ex., tau et neurodégénérescence) peuvent être améliorées ou normalisées avec l’élimination complète de l’amyloïde à différents stades de la maladie; et

(iv)    Étudier la relation entre ces mesures biologiques et les résultats cognitifs et cliniques.

Les personnes initialement inscrites à l’essai DIAN-TU sur le solanézumab et le ganténérumab sont potentiellement admissibles à l’inscription à la période de prolongation ouverte exploratoire. Les participants à l’essai admissibles prendront la forme active du médicament sans placebo. La période de prolongation ouverte exploratoire permet d’administrer le médicament actif à tous les participants et de les suivre sur une période donnée. Étant donné que tous les membres de la période de prolongation recevront un médicament actif, seules les personnes porteuses de la mutation de la maladie d’Alzheimer d’apparition précoce pourront participer.

Le DIAN-TU s’engage à commencer la période de prolongation ouverte dès que possible et collabore avec les intervenants pour relever les défis liés à la COVID-19 et minimiser les retards au démarrage. Veuillez visiter le site Web DIAN pour voir une liste mise à jour de la Foire aux questions à propos de la période de prolongation ouverte exploratoire.

Une discussion au sujet de la période de prolongation ouverte exploratoire par les meilleurs chercheurs se trouve sur le site Web de l’Alzforum, https://www.alzforum.org/news/conference-coverage/dian-tu-gantenerumab-brings-down-tau-lot-open-extension-planned.

Le DIAN-TU est heureux d’offrir cette occasion et espère en apprendre davantage sur les effets à long terme du ganténérumab, sur l’élimination des plaques amyloïdes et sur l’impact sur la maladie d’Alzheimer. De plus, le DIAN-TU continue d’élargir sa plateforme pour étudier de nouveaux médicaments ayant des cibles de biomarqueurs novatrices de la maladie d’Alzheimer, comme les traitements à base de tau.

La plateforme d’essai DIAN-TU est appuyée par l’Alzheimer’s Association, le National Institute on Aging of the National Institutes of Health (NIH U01AG042791, NIH R01AG046179, NIH R01AG053267 – PI RJ Bateman; NIH U01AG059798 – PI EM McDade), la Fondation GHR, FBRI, Eli Lilly and Co., Roche, Janssen et Avid Radiopharmaceuticals. Vous trouverez plus de renseignements sur l’essai sur clinicaltrials.gov (Identifiant Clinicaltrials.gov NCT01760005) et sur le site Web de l’Université de Washington Réseau de la maladie d’Alzheimer familiale autosomique dominante.

MOD00687699

DIAN-TU-001

Mise à jour : 20 avril 2020

Un message du Dr Bateman aux participants à l’essai DIAN-TU

Mise à jour : Décembre 2015
L’Unité des essais cliniques du Réseau de la maladie d’Alzheimer à transmission dominante (DIAN-TU) a conclu la première phase de recrutement de participants au premier essai de prévention de la maladie d’Alzheimer pour la maladie d’Alzheimer à transmission autosomique dominante (Autosomal Dominant Alzheimer’s Disease ; ADAD), également désignée comme maladie d’Alzheimer à début précoce. L’objectif de cette première phase de l’étude est de déterminer le biomarqueur et les effets cognitifs de deux médicaments différents ciblant la bêta-amyloïde. Avec cette étape d’inscription, les premiers résultats relatifs au biomarqueur seront disponibles d’ici la fin 2016, et les données finales sur les effets cognitifs sont attendues pour la fin 2019.

Lire l’article complet »